LA MALLE DE L'HISTOIRE
Escrime de Spectacle

ESCRIME DANS LE TEMPS
1515
Vous connaissez ?


Bien sûr... Vous connaissez cette date.

C'est bien la Bataille de "Marignan"!
Il n'est pas question ici, de vous lasser avec des rappels de dates rébarbatives à retenir...
Cette date nous a surtout paru bien positionnée dans l'histoire, si l'on considère la métamorphose des armes(et bien entendu des techniques de combat qui en émanent), pour étudier l'évolution de ce qui va devenir l'Escrime...
fond
1515 - La Bataille de Marignan...
Avant cette époque, bien que les choses évoluaient grâce à Louis XI, l'armée n'existait pas encore réellement.
Le Roy "levait des troupes" lorsque des conflits se présentaient, ou lorsqu'une intervention militaire était envisagée. Par l'intermédiaire des seigneurs (dont le Roy s'entourait), on enrôlait des paysans pour la période du conflit.
Ces soldats, totalement improvisés, mal entraînés, ou trop rapidement, peu convaincus, étaient peu efficaces, mais ils constituaient une "masse de combattants"...
Il fallait donc ajouter des combattants plus performants, en premières lignes. Des combattants "aguerris", très efficaces, des soldats redoutables ceux là, rémunérés pour se battre, des Mercenaires :
Ce sont les Lansquenets!
lansquenet a
Ces mercenaires, bien rémunérés, étaient plus particulièrement issus de l'Est de l'Europe (Allemagne, Suisse, Autriche, etc...). Ils se déplaçaient en famille, avec femmes et enfants, et complétaient sans problèmes leurs besoins d'intendance et financiers en se servant sur les victimes des champs de bataille et en pillages.
Ils étaient redoutables, et redoutés...
combattants
En fait, Louis XI, en 1480 avait fait cette constation d'une nécessité d'organiser des troupes de soldats entrainés, et soldés régulièrement, sur le modèle des Suisses. Il en avait donné la charge à Philippe de Crèvecoeur, qui avait remplacé les "Francs Archers" par des Hallebardiers et piqueurs, les "Bandes Picardes" en vue des batailles contre l'Italie.

Les Accessoires :

Les attaquants des premières lignes utilisaient principalement des pics, ou des lances qui mesuraient entre 5 ou 6 mètres.
pic lansq
Pour les contacts rapprochés, ils s'armaient de longues lames emmanchées, très redoutables : les Fauchards, et des grandes Epées, à double tranchants qui s'utilisaient en "Taille", pour couper, trancher par balayage de tout ce qui se trouvait à proximité, et en "Estoc" c'est à dire pour empaler tout adversaire faisant face.
Ces outils de guerre, utilisés adroitement (demandant une grande énergie musculaire), faisaient d'énormes dégâts dans les lignes adverses...
image 3
Pour le Roy,"ces Lansquenets étaient des alliés précieux, mais ils présentaient un grave danger : Si on ne les payait pas correctement (tous les Royaumes ont toujours été mauvais payeurs), ou s'ils ne récupéraient pas assez sur les champs de bataille (rançons, pillages, etc...), ils changeaient facilement de camp !...
Ils étaient d'ailleurs tout aussi dangereux, en temps de paix, sur le chemin de leur retour chez eux...
suisses

Il existait une catégorie de mercenaires, qui étaient tout aussi redoutés sur les champs de bataille, c'était les Suisses.
Reconnaissables à leur tenue rouge sang, ornée d'une croix blanche, ils étaient craints, mais ils avaient probablement plus de moralité, et le respect de l'adversaire.
Vaincus à Marignan, ils signent avec, François 1er et le Pape, un Pacte de non-agression à perpétuité, et accordent à chacun, le service d'une escorte personnelle à vie.
C'est d'ailleurs les Suisses qui garderont nos Rois successifs jusqu'à Versailles, et c'est Louis XVI qui les lèvera de cet engagement. Par contre, les Suisses gardent encore le Vatican. Le costume des gardes du Pape a un peu évolué depuis, mais pendant très longtemps, la tenue d'apparat du Bedeau d'une Cathédrale a été la tenue rouge des Suisses.

LA RENAISSANCE

L'utilisation de la poudre a beaucoup évolué, et les armes "à feu" se perfectionnent. Le rôle des épées change, sur les champs de bataille. Il devient de plus en plus réservé à une protection de corps à corps de dernier recours...
rapière
Au XVème siècle, une nouvelle épée évoluée, arrive d'Italie (comme beaucoup de nouveautés, à l'époque), bien que ce soit un forgeron espagnol qui l'ai forgée, c'est la Rapière. C'est une épée principalement d'estoc (utilisation en pointe), très redoutable. Les blessures qu'elle provoque sont graves, car profondes, donc fatales !
Elle n'est pas une épee de champs de bataille.
Par sa finesse et sa légèreté, elle permet d'imaginer tout un éventail de feintes, d'évitements et favorise l'imagination de feintes et de bottes. Elle induit également l'allégement de l'accoutrement, des protections qui entravaient l'escrimeur, et favorise donc une très grande liberté de mouvements.C'est une révolution technique !
traité escr
Les maîtres d'Armes (principalement italiens) se penchent sur les possibilités exceptionnelles de la Rapière, et élaborent même des traités sur la gestuelle et les actions, utilisant dans leurs écrits, des formules mathématiques, où la définition exacte était : "Tout est dans le cercle"...
Le lexique des positions de l'escrimeur et du maniement de son épée est encore valable de nos jours. On utilise toujours les mêmes termes en escrime sportive, pour exemple : Prime, Seconde, Tierse, Quarte, etc...

Pour les chevaliers et soldats de tous genres, il n'est pas évident de se débarrasser de tous leurs équipements lourds, et de se sentir en sécurité derrière une épée aussi fine qu'une "aiguille", légère comme une plume, qu'est cette Rapière ; et encore moins d'admettre qu'elle puisse occire d'aussi bonne manière que leur bonne vieille épée...
Il est vrai, que n'ayant plus de protection mécanique, une utilisation mal maitrîsée risque fort de se retourner contre son porteur. Il est donc indispensable d'apprendre son maniement.Les maîtres d'armes entrent en jeu, pour un enseignement long et couteux. C'est réellement à ce moment qu'on va pouvoir parler de l'étude de l'Escrime.

C'est aussi probablement à cause de ces inconvénients, que la Rapière ne fera sa réelle apparition qu'un demi-siècle plus tard...
Elle rattrappe vite le retard, fait son entrée à la Cour et dans les milieux de l'Aristocratie.
Elle devient une marque évidente de Noblesse.
coup jarnac
A peine arrivée à la cour, son utilisation sera quelque peu réduite au titre de l'apparat, puisque François 1er interdira les duels, motivé en particulier par celui qui se profile entre Guy CHABOT (seigneur de Jarnac) et François de Vivonne (seigneur de La Chataigneraie), deux de ses proches, et origine de l'expression : "Le Coup de Jarnac".

Ce duel sera officellement le dernier autorisé en France, mais cette loi sera malheureusement souvent transgressée par la suite...



LE XVIIIème SIECLE :

Après la Révolution française, la vie sociale se stabilise... L'élégance se trace un chemin, et occupe une place importante dans vie de la population... Il faut "se faire voir, se faire remarquer"...
On utilise le Bâton, ou la Canne, pour équilibrer sa marche, également, beaucoup pour se donner un genre...
cannes
Mais, le premier effet de mode passé : "Quoi de plus évident que de substituer le port d'une épée (que l'on n'a plus le droit de porter) par celui d'une canne ?" En même temps, une sorte de "Pied-de-nez" à l'Aristocratie déchue...

canne epee
Certains y voient même l'outil de défense idéal... Elle est discrète et disponible à souhait ! Il existe même des modèles avec une lame d'épée dissimulée dans le corps de la canne. L'apprentissage de l'escrime s'oriente, bien évidemment vers ce "nouvel accessoire à la mode". Les maîtres d'armes enseignent le maniement du Bâton et de la Canne.
duel
Après les grandes Guerres napoléoniennes, les Grognards, les Hussards, et autres Héros militaires, reviennent tant bien que mal à une vie civile qui ne les satisfait pas ! Par oisiveté, à cause de la frustration du manque de reconnaissance de leur gloire passée, de leur héroïsme, par l'ennui produit par leur inactivité, beaucoup périssent dans des duels aussi ridicules qu'illégaux...
Escrime 18
Les autorités prennent conscience de la situation, et favorisent l'ouverture de Salle d'armes, où tous pourront s'exprimer, où les confrontations (d'honneur) deviendront des Tournois d'Escrime, où le but sera de réaliser des "Touches", où chacun devra combattre avec respect, et rivaliser d'adresse sans faire couler le sang...
escrime 19
Ainsi nait le Sport, grâce au plaisir de la compétition. L'escrime sportive est inventée, telle que vous la connaissez maintenant, où la France, instigatrice de cette discipline, brille encore en haut du tableau d'honneur international.
L'escrime devient un sport en vogue, et il fait bien de s'y faire remarquer...
epee cour
L'arme qui permettra cette transition c'est l'Epée de cour (ou Epée à la Française). Elle sera l'intermédiaire entre la Rapière et le Fleuret, qui de nos jours, permet à de nombreux jeunes escrimeurs de s'initier à ce sport.


Nos Partenaires :